ActuBob

Analyse personnelle de l'actualité
Subscribe

Archive de ‘Société’

Réforme des retraites et le reste…

octobre 20, 2010 By: Bob Lyr Category: France, Politique, Problèmes et solutions, Société

A ce jour, les actions menées contre cette réforme de merde ne servent à rien.

Ce n’est pas en bloquant celles et ceux qui sont dans le besoins que le gouvernement pliera. Bien au contraire, ils en ont rien à faire de nous. Nous sommes considérés comme du bétail économico-électoral. Pour ce qui est des prochaines élections, la droite ne se fait plus d’illusion. Ils savent déjà qui aura le pouvoir en 2012, donc ils font tout pour nous en mettre plein la tête et permettre à leurs amis de s’en mettre plein les poches. Et surtout, ne vous faites pas d’illusion sur la gauche. Si le PS et le reste de la gauche font parties de la contestation, c’est uniquement dans un but électoral. Lorsqu’ils seront à la place de la droite, ils feront la même chose (déjà vécu).

Je pense qu’il est important de modifier la forme des actions. Le nerfs de la guerre, c’est l’argent. Mais qui subit les actions revendicatives des syndicats, les politiques, les grands patron ?

C’est en partie pour ces raisons qu’il est nécessaire de changer les actions.

La première serait de ne pas bloquer les ravitaillements (dont les carburants) mais de faire de la distribution gratuite. Logique, pour l’instant ils ne font pas de chiffres d’affaires mais ils ne perdent pas non plus leurs stocks. Donc pas de perte d’argent. Lorsque la situation sera débloquée, ils récupèreront leurs CA.
En forçant la gratuité, comme cela se fait sur les autoroutes, on utilise pleinement le nerfs de la guerre.

L’autre possibilité, qui doit être complémentaire, c’est la grève électorale. Il suffit d’aller voter avec un bout de papier portant la mention « En Grève Électorale ». Personne ne pourra pas vous reprocher d’avoir voté.

Bonne soirée.

Bob Lyr

Communiqué ASPAS : Victoire pour le loup

septembre 23, 2010 By: Bob Lyr Category: Environnement, France, Protection animal

Communiqué de presse
Le 22 septembre 2010

Arrêt des tirs de loup dans les Alpes de Haute-Provence et les Hautes-Alpes

Victoire pour le loup :
L’ASPAS dénonce l’
État français hors la loi


Deux nouveaux arrêtés autorisaient illégalement ces tirs. Le Tribunal administratif de Marseille vient, à la demande de l’ASPAS, de suspendre aujourd’hui les arrêtés préfectoraux du 30 août 2010 pris par le Préfet des Hautes Alpes, et du 3 septembre 2010 pris par le Préfet des Alpes de Haute Provence, qui autorisaient chacun l’abattage d’un loup.
 
Le Juge a en effet estimé que les mesures de protection et les moyens de défense préalablement mis en place n’étaient pas suffisants pour autoriser ces tirs de Canis lupus, au regard de la directive Habitat.
 
L’ASPAS déplore que l’État autorise aussi systématiquement des tirs de prédateurs sauvages et de devoir avoir recours à la justice pour éviter le carnage, quand elle y arrive à temps. Les mesures de protection ne sont pas encore bien appliquées et contrôlées en France. Notre association demande qu’un protocole national, loin des pressions locales, soit mis en place pour évaluer l’efficacité de ces mesures pour chaque troupeau avant de recourir à l’abattage d’un loup.
 
Combien de temps encore l’État se servira du loup comme bouc émissaire de la crise de la filière ovine ? Combien de temps pour qu’enfin les affirmations et propositions des spécialistes du loup soient reconnues et mises en place par les services de l’État ? Les associations condamnent fermement la politique anti-loup relayée par le gouvernement.
 
Il est bien connu, et reconnu par tous les spécialistes de cette espèce, que de tuer un ou des loups d’une meute ne peut que conduire à la désorganisation de cette dernière et augmenter par conséquent les dommages. Cela a été vérifié maintes fois !

Le loup ne saurait cacher l’inaction des pouvoirs publics face à la crise agricole. La destruction d’un loup, censée calmer pour quelque temps des éleveurs excédés par la crise, aura des effets contraires.
 
L’ASPAS rappelle, s’il en est encore besoin, qu’il existe des mesures de protection de troupeaux, et qu’elles se montrent efficaces dans les autres pays.
 
Combien de loups devront payer encore ce jeu de dupes ? Combien de temps les responsables de la filière ovine feront-ils semblant d’y croire ?
 

Contacts presse :
Pierre Athanaze – Président de l’ASPAS : Tél. 06 08 18 54 55
Benoît Candon, avocat représentant l’ASPAS : 04 86 95 66 46


Association pour la Protection des Animaux Sauvages – www.aspas-nature.org
Membre du Bureau Européen de l’Environnement – Bruxelles
B.P. 505 – 26401 CREST Cedex – France Tel. 04 75 25 10 00 – Fax. 04 75 76 77 58 –
info[at]aspas-nature[pt]org
Association reconnue d’utilité publique par arrêté préfectoral du 11 décembre 2008 (JORF n°0067 du 20/03/09)
Association 100% indépendante


Communiqué de presse : ASPAS – Accidents de chasse : les chasseurs censurent le débat, Borloo obtempère !

septembre 11, 2010 By: Bob Lyr Category: Communiqué de presse, Environnement, France, Nature - Environnement, Politique, Société

Pour info,
De nouveaux accidents depuis…La casse continue : un enfant tué par un chasseur, de nouveaux blessés, et le ministère n’entend pas…
5 accidents : 4 blessés, 2 morts dont un enfant de 10 ans ! Le premier bilan ci-joint.

RAPPEL :

Communiqué de presse
Mercredi 08 septembre 2010


Accidents de chasse :
les chasseurs censurent le débat,
Borloo obtempère !


 
Ouverture de la chasse, ou bien ouverture de la casse ? On compte déjà trois accidents de chasse, dont un mortel, sur les chasses à ouverture anticipée, alors que l’ouverture générale n’a pas encore eu lieu. L’ASPAS, qui propose des solutions réalistes, est exclue des débats.

A la veille de l’ouverture générale, le ministre de l’écologie organise une réunion sur la « cohabitation » avec la chasse. Mais ne siègeront que les associations de la table ronde chasse ! Aucune structure représentant les autres usagers de la nature (randonneurs, vététistes, cavaliers, ramasseurs de champignons etc.). Ni l’ASPAS, face à qui le ministre s’était pourtant engagé. En effet, l’ASPAS est très en pointe sur ce sujet, et  travaille depuis des années avec ces autres usagers de la nature, des victimes et familles de victimes d’accidents de chasse !
 
Le 10 février dernier, l’ASPAS remettait plus de 250 000 signatures à Jean-Louis Borloo, ministre de l’écologie pour lui demander le dimanche sans chasse et d’autres mesures efficaces pour enrayer ce mal bien français : les accidents de chasse. Le ministre s’était alors engagé à ouvrir un vrai débat et à prendre, enfin, des mesures innovantes. On les attend.
 
Comment expliquer cette absence soudaine de l’ASPAS ? Son Président, Pierre Athanaze, ancien administrateur de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, et grand connaisseur du dossier, n’a rien d’un dangereux extrémiste. Mais les chasseurs semblent fuir le dialogue. De très fortes pressions ont été exercées contre l’ASPAS par la fédération nationale des chasseurs et par le président de l’ONCFS Henri Sabarot (ex numéro 2 du parti « jusqu’au-boutiste » Chasse Pêche Nature et Tradition…). Pourtant, un établissement public comme l’ONCFS, sous tutelle des ministères de l’écologie et de l’Agriculture, se doit (se devrait…) d’une neutralité exemplaire sur un tel dossier.
 
L’ASPAS condamne l’attitude partisane de Jean-Louis Borloo. Celui-ci a été très enclin à prendre un décret de délit d’entrave à la chasse, pour deux ou trois chasses à courre dérangées chaque année par des militants de la cause animale, mais il ne fait rien pour éviter des centaines d’accidents de chasse et des dizaines de morts chaque année suite aux « traditionnels » accidents de chasse. Pour complaire aux intransigeants dirigeants de la chasse française, le responsable de l’écologie enterre le dossier en organisant une réunion de « cohabitation » où les principaux contradicteurs ont été « évités ».

Contact presse : Pierre Athanaze, Président de l’ASPAS, tél. 06 08 18 54 55

Association pour la Protection des Animaux Sauvages – www.aspas-nature.org
Membre du Bureau Européen de l’Environnement – Bruxelles
B.P. 505 – 26401 CREST Cedex – France Tel. 04 75 25 10 00 – Fax. 04 75 76 77 58 –
info[at]aspas-nature[pt]org
Association reconnue d’utilité publique par arrêté préfectoral du 11 décembre 2008 (JORF n°0067 du 20/03/09)
Association 100% indépendante


Communiqué de presse : ASPAS

avril 29, 2010 By: Bob Lyr Category: Communiqué de presse, France, Nature - Environnement, Politique, Protection animal, Société

Lorsque les solutions de l’État sont pires que les dégâts !

Tuer un loup est inutile, désastreux et dangereux

Encore une autorisation de destruction de loup accordée par les pouvoirs publics ! Combien de temps encore l’État se servira du loup comme bouc émissaire de la crise de la filière ovine ? Combien de temps pour qu’enfin les affirmations et propositions des spécialistes du loup soient reconnues et mises en place par les services de l’État ? L’Association pour La Protection des Animaux Sauvages condamne fermement la politique anti-loup relayée par le gouvernement.

Le préfet des Hautes-Alpes vient d’autoriser des « tirs de défense » à l’encontre des loups sur la commune d’Esparron. Ce qui constitue une très grave erreur. À l’encontre des loups, bien sûr, mais également à l’encontre des éleveurs et de leurs troupeaux !

Il est bien connu, et reconnu par tous les spécialistes de cette espèce, que de tuer un ou des loups d’une meute ne peut que conduire à la désorganisation de cette dernière. Cela a été vérifié de maintes fois !

Sur cette même commune, en décembre dernier, un chasseur a cru bon de rajouter cette espèce protégée à son tableau de chasse. Grand mal lui en a pris. Il a été condamné par la justice. Les attaques récentes sur les troupeaux de moutons ne sont que le résultat de l’éclatement de la meute, imputable à ce braconnage. La destruction d’un nouveau loup de cette meute ne pourra qu’augmenter la prédation sur les troupeaux. Si cette nouvelle autorisation de destruction d’un loup est un grave déni de la réalité biologique (grotesque en cette « année de la biodiversité » chère à notre ministère de l’Écologie) il constitue une très grave « erreur » vis-à-vis des éleveurs locaux. Ces derniers sont instrumentalisés par les pouvoirs publics qui agitent régulièrement le chiffon rouge du retour du loup, mais restent sans réponse face au désarroi du monde agricole en général. À celui de la filière ovine en particulier.

Le loup ne saurait cacher l’inaction des pouvoirs publics face à la crise agricole. La destruction d’un loup, censée calmer pour quelque temps des éleveurs excédés par la crise, aura des effets contraires.

L’ASPAS rappelle, s’il en est encore besoin, qu’il existe des mesures de protection de troupeaux, et qu’elles se montrent efficaces dans les autres pays.

Combien de loups devront payer encore ce jeu de dupes ? Combien de temps les responsables de la filière ovine feront-ils semblant d’être dupes ?

Voir en ligne : www.aspas-nature.org

Contact presse : Pierre Athanaze (Président de l’ASPAS)
Tél. 06 08 18 54 55

Source : www.loup.org

Association pour la Protection des Animaux Sauvages – www.aspas-nature.org
Membre du Bureau Européen de l’Environnement – Bruxelles
B.P. 505 – 26401 CREST Cedex – France Tel. 04 75 25 10 00 – Fax. 04 75 76 77 58 –
info@aspas-nature.org
Association reconnue d’utilité publique par arrêté préfectoral du 11 décembre 2008 (JORF n°0067 du 20/03/09)
Association 100% indépendante

Le blog du mardi : Photos et réflexions, Les humeurs de Bernard

avril 20, 2010 By: Bob Lyr Category: Blog du mardi, Philosophie, Photos, Société

Pour cette semaine, un auteur et deux blogs.
Belbe

Humeurs en photos ou en mots.
Pensées d’actualités et regards sur notre réalité.

Une photo simple accompagnée d’une petite pensée.
« Les humeurs de Bernard« 
Ses humeurs… Au travers de… Ses photos… Bien à toi…

Des petites ou grandes pensées sur l’actualité en toutes simplicités.
« Les humeurs de Bernard » avec des mots.
De la pertinences mais pas trop.

Un auteur, deux blogs à suivre.
Bonne semaine et à mardi prochain.

Bob Lyr