ActuBob

Analyse personnelle de l'actualité
Subscribe

Communiqué de presse ASPAS : Borloo et Chatel envoient les chasseurs dans les écoles !

mars 16, 2010 By: Bob Lyr Category: Communiqué de presse, Environnement, France, Protection animal, Protection des Enfants, Sport

Communiqué de presse : Le 16 mars 2010


Prosélytisme du lobby chasse envers les enfants
 
Borloo et Chatel envoient les chasseurs
dans les écoles !


Un partenariat signé le 4 mars entre Luc Chatel, Jean-Louis Borloo et la Fédération nationale de la chasse permet aux amateurs d’armes d’entrer dans les écoles pour donner des leçons de « développement durable » aux enfants. L’ASPAS et de nombreux enseignants réclament l’arrêt immédiat de ces opérations illégales, immorales et inutiles. C’est ça, le Grenelle de l’Environnement ?

Chaque jour, les élèves du collège d’Agnetz, dans l’Oise, voient ces affiches mensongères situées à quelques centaines de mètres de leur établissement. Non, la chasse n’est un atout ni pour l’écologie ni pour l’éducation. En fait, il s’agit pour les chasseurs de faire la promotion d’une prétendument nécessaire « gestion de la nature » (entendez : la chasse, bien sûr) pour racoler de nouvelles recrues. Pourtant, le prosélytisme est illégal.
 
La propagande du lobby des chasseurs dans les écoles s’est officialisée il y a vingt ans avec les états Généraux de la chasse en 1990, puis en 1993 avec le colloque « Animations en milieu scolaire »*. Depuis cette époque l’ASPAS, soutenue par de nombreux enseignants, n’a eu de cesse de freiner ces grandes ambitions, et au fil des années ces opérations s’étaient essoufflées. Mais le 13 et le 14 octobre, deux articles de journaux ont remis le feu aux poudres. Dans l’un, une animatrice embauchée par une fédération des chasseurs a cherché à convaincre qu’il est « utile de tirer sur les animaux ; l’autre décrit un cours de SVT particulier : « montrer la chasse et en donner le goût à des enfants ». Une cinquantaine d’associations, dont l’ASPAS, co-signe alors une lettre ouverte adressée au ministre de l’éducation Nationale Luc Chatel : « Stop aux interventions des chasseurs en milieu scolaire ! ». On connaît la suite.
 
Les chasseurs n’ont aucune légitimité pédagogique. Leur passion de la chasse et leur concurrence avec les prédateurs naturels leur donne une vision déformée de la faune, qu’ils partagent entre « nuisibles » et « gibier ». Les chasseurs ne sont pas des biologistes et n’ont pas de compétence pour décrire un écosystème dans sa globalité. Leur opposition aux mesures de protection de la biodiversité, leur opposition aux ours et aux loups, leur absence dans les combats pour la défense des animaux sauvages, leurs contentieux quasi quotidiens contre les protecteurs ne rend pas leur discours « écologique » crédible.

Les chasseurs à l’école ?
Oui, mais en tant qu’élèves !

Contact presse : Marc Giraud
Vice-Président de l’ASPAS
tél. 06 07 74 99 05


De pire en pire

* Pour l’historique de la propagande des chasseurs en milieu scolaire, voir l’article « Les enfants pour cible » dans le magazine Goupil n°100, disponible sur demande par courrier ou par mail auprès de Céline Segura, tél. 04 75 25 10 00 ou par mail accueil@aspas-nature.org


Association pour la Protection des Animaux Sauvages – www.aspas-nature.org
Membre du Bureau Européen de l’Environnement – Bruxelles
B.P. 505 – 26401 CREST Cedex – France Tel. 04 75 25 10 00 – Fax. 04 75 76 77 58 –
info@aspas-nature.org
Association reconnue d’utilité publique par arrêté préfectoral du 11 décembre 2008 (JORF n°0067 du 20/03/09)
Association 100% indépendante

Wanted – Killer of wolves

janvier 25, 2010 By: Bob Lyr Category: Environnement, Protection animal

Une affiche bien sympa.


Création Franceloup.

A faire circuler.

Communiqué de presse ASPAS : Chasse à l’oie : chasse aux gros sous…

décembre 23, 2009 By: Bob Lyr Category: Environnement, Politique, Protection animal, Société

Communiqué de presse : Le 23 décembre 2009


Chasse à l’oie : chasse aux gros sous…

Le dérèglement climatique a décalé les dates de migration des oies. Mais les chasseurs n’entendent pas s’y adapter en arrêtant plus tôt de chasser : leur activité cache un business pas très réglementaire, mais bien trop rentable…

Toutes les études françaises et européennes, dont celles du GEOC (Groupe d’experts sur les oiseaux et leur chasse), montrent que depuis quelques années, les dates de migration de retour se sont fortement avancées à cause du dérèglement climatique. Par voie de conséquence, la chasse aux oies se doit de fermer au 10 ou 15 janvier, nouvelle date du début de migration du si convoité palmipède. Mais les chasseurs demandent le 20… février ( !!!) à l’occasion de la table ronde chasse, initiée par Jean-Louis Borloo et présidée par Jérôme Bignon, qui est également le président du groupe chasse à l’Assemblée Nationale.

Pourquoi un tel écart ? Il faut rechercher l’explication du côté des drôles de pratiques qui entourent la chasse au gibier d’eau, et notamment des profits exorbitants générés par les locations à la journée (en fait à la nuit…) des installations de chasse (huttes, gabions et autres tonnes). Ce commerce rapporte énormément d’argent à leurs propriétaires : de quelques centaines à plusieurs milliers d’euros par nuit, le plus souvent au nez et à la barbe du fisc ! En cette période de crise où l’argent public est rare, il serait temps que les ministères de l’Écologie, des Finances et du Budget s’intéressent à ces “petits paradis fiscaux cynégétiques” qui prospèrent sur le dos des oiseaux migrateurs.

On est là bien loin des pratiques traditionnelles dont le parti politique de l’extrême chasse (CPNT) se gargarise. En réalité, on est bien plus proche d’un laxisme complice des pouvoirs publics envers une corporation très chouchoutée. Il faut rappeler que ce parti populiste rural est maintenant allié à celui de… Jean-Louis Borloo et Jérôme Bignon !

En France, la chasse au “gibier d’eau” n’est qu’une affaire de gros sous et le jour où le “ jeu de l’oie”   ne sera plus un Monopoly, un réel dialogue pourra enfin voir le jour entre chasseurs et protecteurs de la nature.

Contact presse : Pierre Athanaze
Président de l’ASPAS
Tél. 06 08 18 54 55


Association pour la Protection des Animaux Sauvages – www.aspas-nature.org
Membre du Bureau Européen de l’Environnement – Bruxelles
B.P. 505 – 26401 CREST Cedex – France Tel. 04 75 25 10 00 – Fax. 04 75 76 77 58 – info@aspas-nature.org
Association reconnue d’utilité publique par arrêté préfectoral du 11 décembre 2008 (JORF n°0067 du 20/03/09)
Association 100% indépendante