ActuBob

Analyse personnelle de l'actualité
Subscribe

Le mystère de la chambre Orange

septembre 12, 2009 By: Bob Lyr Category: Faits divers, Politique, Société

Y aurai-t-il un agent « Orange » chez France-Télécom ?

Le 10 septembre, a été déclarée, Journée mondiale de la prévention du suicide.


I.A.S.P – Association Internationale pour la Prévention du Suicide

Depuis février 2008, plus de 30 suicides ce sont produits au sein de la même entreprise. A savoir, France-Télécom dont l’état est l’actionnaire principal. Certains disent 22 suicides et d’autres 38, c’est un peu comme les manifestations, 100 000 selon la police et 1 000 000 selon les syndicats. Donc, j’ai fait une moyenne.

Néanmoins, cela ne change pas grand chose aux problèmes qui semblent récurant, un peu comme les épisodes des séries télévisées. Des personnages meurent et on passe à l’épisode suivant.
Dernier suicide en date le 11 septembre 2009 vers 16h30, une jeune femme de 32 ans se défenestre de son bureau. Son cas finira aux oubliettes comme les autres.
Bien sûr, les raisons sont toujours contradictoires, tout dépend de quel côté on se place. La direction va affirmer que le problème est d’origine privé et, bien entendu, les représentants du personnel diront le contraire.

Que se passe-t-il chez France-Télécom ?

Les employés qui se sont suicidés avaient-ils tous de problèmes d’ordre privé ou s’agit-il de pressions professionnelles liées à la notion de rentabilité ?
On peut estimer que les deux sont acceptables mais dans un ordre précis. Tout d’abord, les pressions professionnelles sous forme de harcèlement (que j’ai déjà vécu) pour la performance et la rentabilité. Par exemple, accroître la densité des tâches à exécuter dans un temps réduit et/ou identique et en menaçant de sanctions (comme le renvoie pour faute professionnelle, etc…). Ce qui fini par entraîner, chez les victimes, des problèmes privés (dégradation des relations familiales, etc…). Là, dans cette situation, la direction mettra en avant les problèmes privés et non la source de ces problèmes qui sont d’origine professionnelle. En sachant que l’accumulation des deux ne permettra d’obtenir qu’un état empirique de la situation.

Est-ce une stratégie pour se débarrasser des employés sans passer par la case « licenciement économique » ?
Peut-être mais difficile à prouver, à moins de tomber sur « la preuve ».
Gros boulot en perspective.

Mais il est important de prendre en considération que France-Télécom n’a pas l’exclusivité de ces drames. A défaut d’être sûr de garder sa place de numéro 1 dans la téléphonie, France-Télécom est en train de prendre le leadership des suicides en entreprise.

Selon une étude de l’INSERM (Institut National de la Santé Et de la Recherche Médicale), le nombre de décès par suicide au travail serait de 12.000 par an. Soit plus que pour les accidents de la circulation.
A noté qu’il n’existe pas de statistiques précises sur les suicides liés au travail. Et pour cause, les déclarations sont souvent contradictoire comme précisé précédemment. Tout comme pour les tentatives de suicide, estimées à plus de 150 000 par an. Néanmoins, il a été démontré que lorsque le chômage augmente de 1 %, le nombre de suicide augmente de 3 à 5 %.

Doit-on prévoir une hécatombe en 2010 ?

Sources :
Le suicide au travail, dossier France5 (2007).
Suicide : le monde du travail en accusation, dossier Doctissimo (mis à jour février 2009).

La grippe et le cartable électronique

septembre 09, 2009 By: Bob Lyr Category: Politique

Le cartable électronique, en voilà une bonne idée…

Oui, je sais que je possède un esprit très critique. Cela permet d’avoir des débats contradictoires, sauf si personne ne contredit. Ce qui serait dommage.

Le cartable électronique, écrivais-je… En voilà une idée fabuleuse.
Il y a des jours où l’on béni la grippe (héhé, je vous ai eu). En effet, quel drame de savoir que nos enfants ne puissent pas obtenir les connaissances qu’ils sont en droit d’avoir et dont nous avons le devoir de leur transmettre.
L’annonce de fermetures de classes en cas de soupçons viraux, a permis de mettre en évidence la technologie internet pour palier au probable déficit de la dispense de l’instruction nécessaire aux enfants.
Cette grippe est une aubaine merveilleuse pour tester un outil pédagogique, par encore au point certes, dans son utilisation par le corps enseignant. Mais c’est normal, on agit dans l’urgence et les enseignants n’ont pas été formés avec cette nouvelle méthode. Bien que la méthode existe depuis quelques temps (ans) puisqu’elle est utilisée dans le cadre de cours à distance (voir le C.N.E.D et autres écoles privés d’enseignement à distance).
Là, il ne s’agit pas de faire de l’enseignement à distance mais de continuer à dispenser les cours à des enfants qui en seraient privés pour cause de grippe. Et c’est une bonne chose pour les enfants.

Néanmoins, pas mal de questions se posent…

Le problème de cette pandémie est antérieure aux vacances scolaires et qu’il y a eu des cas avec confinement dans des centres de vacances. Et c’est seulement le jour où une classe ferme que l’on pose un ordinateur portable sur le bureau d’un enseignant, en lui demandant de poursuivre ses cours, en présence de Monsieur le ministre de l’éducation nationale et à grand renfort de médias (pub pré-électorale ???).
– Comment se fait-il qu’il a fallu attendre un problème pour mettre les enseignants devant le fait accompli ? Car l’outil devait être prêt, malgré tout. Ce qui veut dire qu’en cas d’accélération de la pandémie, aucun enseignant n’est prêt. C’est une bonne question ?

J’apprécie la démarche que je trouve tardive, encore une fois. Il va falloir former les enseignants dans l’urgence avec cette méthode de travail. Quel gain de temps, surtout pour les enfants.

Autre temps, autres problèmes. N’est-ce pas ?

Ce qui amène d’autres questions. Une pure spéculation, il en faut car « ne pas se poser de question sur le futur, c’est ignorer l’avenir* de l’humanité » ((*nos enfants) citation personnelle).
Depuis quelques années, et je n’entrerai pas dans les détails (on va me traiter d’anti-truc primaire), on cherche à réduire les déficits budgétaires de l’État. De cette réalité, la question technique qui se posera certainement (ou qui se pose, peut-être, dans les couloirs du ministère) est :
– Combien d’élèves, un enseignant peut suivre avec cette méthode de travail ? 30, 40 ou … + ?
– Pourra-t-on pérenniser cette méthode de travail et/ou la généraliser de façon permanente, pour ne plus avoir d’établissements scolaires à entretenir (soit fermer progressivement les écoles) ? Économie substantielle, n’est-ce pas ?
On dira que c’est le progrès, de désocialiser les enfants en laissant chez eux devant un ordinateur. Moins il y aura d’organisation sociale entre les humains et moins il y aura de contestataires socialement organisés. Diviser pour mieux régner ?

Spéculation vers le futur, euh… sans retour, non plus.

Donc, cette grippe est une bonne chose. Dans l’urgence, les syndicats d’enseignants et associations de parents d’élèves ne pourront pas contester les mesures du « cartable électronique ». Et progressivement, cette méthode entrera dans les mœurs mais pas uniquement pour ce problème. Il sera probablement appliqué à d’autres cas de pandémie ; finira peut-être par devenir la méthode du futur. Les futurs enseignants s’y habitueront et personnes ne dira rien. On pourra alors fermer progressivement tout les établissements scolaires. En route vers le progrès de la dé-socialisation et des économies budgétaires, Bruxelles sera heureuse.

Égalité de droit

Encore un dernier détail, dont personne n’a fait mention. L’égalité de droit pour l’accès à la connaissance, en vertu du deuxième alinéa de l’article 2 de la Constitution française « Égalité ». Jusqu’à présent cette égalité est respectée mais dans le cadre d’un enseignement à distance, toujours pour cause de pandémie, il est nécessaire d’avoir un équipement minimum chez soi. Et là, ne venez pas me prendre pour un « con » en me racontant n’importe quoi.
Le minimum requis est : un ordinateur et un accès internet, accessoirement une imprimante.
J’essaye d’imaginer une famille ayant très, très peu de moyens financiers, et il y en a beaucoup plus que les politiques essayeront de nous le faire croire, qui ne gagnerait que le RSA (Revenu de Solidarité Active, ex-RMI) et qui devra se ruiner pour acheter du matériel informatique et un abonnement internet alors qu’elle aura déjà dû mal à se nourrir.
Là, je sens que l’on va me prendre pour un « con », en se retranchant derrière le silence des phrases toutes faites. Mais je persiste à dire qu’il y a des familles qui n’ont pas les moyens financiers pour obtenir ce minimum.
– Est-ce que l’égalité de droit pour l’accès à la connaissance sera respecté, vis-à-vis des enfants défavorisés à qui l’on demandera de rester à la maison pendant la période « d’isolement » ? Mais aussi pour le futur (voir le paragraphe précédent) ?
Certes, il est prévu des cours de rattrapage. Seront-ils complets, en vertu du temps qui passe et de la somme de connaissance que les enfants doivent assimiler pour passer dans la classe supérieur ?

Cette GRIPPE est une véritable mine pour résoudre des équations politiques.

NB : J’utilise le terme « d’enfant(s) » dans le sens de : « Qui est sous la responsabilité parentale ». De l’école maternelle à la Terminale, sans aucun sens péjoratif.

Bonus retraite des mères de famille

août 28, 2009 By: Bob Lyr Category: Politique

Les femmes auraient-elles plus de droits que les hommes ?

Tout ça parce que certains imbéciles ont estimé qu’il y avait une discrimination entre les pères et les mères de famille. C’est peut-être le cas pour les pères célibataires ou de ceux qui prennent des congés parentaux mais les autres, qui ne foutent rien à part poser les pieds sous la table pendant que maman travaille également, s’occupe des enfants (toilettes, devoirs scolaires), les courses, le ménage, la bouffe et j’en oublie.

Là, il faut arrêter de prendre les gens pour des c**s. Si l’on tient compte de nombre de critère sociaux-économiques, on peut constater qu’elles subissent encore une multitude de discrimination. Des salaires moins élevés à poste égal, l’obligation parfois de prendre des congés parentaux (seulement 1% des pères le font) et un autre élément qui ne sera jamais pris en considération car le sujet reste encore très tabous. Même si aujourd’hui, elles osent plus franchir le pas de la justice, c’est la violence conjugale.
Ah ! que les femmes font de belles esclaves.

Alors pour une fois que les mères possèdent un tout petit plus, mérité. On trouve encore le moyen de parler de discrimination en réclamant des droits équivalents.

Le seul résultat de cette procédure « gagnée » par des imbéciles. Ce ne sera pas d’obtenir des droits équivalents mais d’obtenir la suppression de ce petit avantage accorder aux mères de famille.
En effet, les caisses de retraite étant de plus en plus déficitaires, la brèche est ouverte pour économiser plus d’argent tout en payant plus cher. Si il y avait eu des excédents économiques, on aurait pu envisager d’accorder ce droits à certains pères. Comme les pères célibataire ou ceux prenant un congé parental, à la place de leurs épouses.
Mais ce n’est pas le cas, la France est un pays en voie d’appauvrissement et de sous-développement. Où seuls certains nantis encaissent sur le dos des autres. Citons Coluche : « Il y a ceux qui travaillent (et encore, il en reste de moins en moins) et ceux qui gagnent de l’argent (il n’y en a pas plus mais ils gagnent plus) ».

En conclusion, je trouve honteux qu’une minorité d’imbéciles puissent mettre en périls un tout petit droit mérité par les mères de famille, en parlant de discrimination. Alors que les femmes (en général) en subissent toujours plus.

A vous, Messieurs, j’affirme que vous n’êtes qu’une bande de bouffons irréfléchis. Vous avez jeté un pavé dans la mare et vous devrez en assumer toutes les conséquences. Expliquez donc à ces mamans qui se battent tout les jours dans cet environnement socio-économico-professionnel, de la naissance d’un enfant jusqu’à son indépendance — Alors que les hommes (en général) se contente de tirer un coup et de les laisser se démerder toute seule –, que vous désirez des droits équivalent sous prétexte d’une pseudo discrimination.

Triste France…

Races humaines ?

juin 06, 2008 By: Bob Lyr Category: Politique

Depuis quand y-a-t’il plusieurs races ?
Je me demande ce qu’il se passe dans la tête des êtres humains. J’entends parler de racisme, de ségrégation en tout genre. Cela commence sérieusement à m’exaspérer, je n’arrive pas à comprendre cette complexité irréfléchie et inhumaine.

Les êtres humains prétendent parler de respect et de tolérance mais quelle définition avez-vous de l’humanité et de ses apparences ?

Vivre avec des proverbes que l’on ne respectent jamais est une véritable aberration. En effet, si l’on suit certains proverbes comme :
« Pourquoi faire compliquer puisque l’on peut faire simple ». On peut constater que l’être humain vit plutôt dans le contraire :
« Pourquoi faire simple puisque l’être humain a la faculté de tout compliquer ».
L’absence de cohérence entre les propos et le comportement m’étonne. Si sincèrement, on cherche à ce simplifier la vie, alors il faut cesser d’être une girouette philosophique.

Je vous donne ma définition du mot race et vous en ferez ce que vous voulez. Mais cessez de parler de ce que vous ignorez où apprenez à vous connaître.
Le respect de la vie passe par cette simple définition qui ne pourra même pas être contestée par le corps médical. Même si certains scientifiques (généticiens et surtout anthropologues) trouveront à redire.

Définition personnelle d’une RACE :

« Il y a différence de races, lorsqu’il y a incompatibilité génétique (lorsqu’il ne peut y avoir fécondation). Je vous met au défit de trouver un seul peuple sur terre ayant une incompatibilité génétique avec le reste de l’humanité. »

Cela commence à bouger dans vos neurones ? Simple, il n’y en a pas. Quelques soit les origines d’un homme et du femme qui désirent fonder une famille. Ils peuvent le faire sans aucune incompatibilité. Étonnant non, alors pourquoi toute cette ségrégation et quel en est l’intérêt ?
Cela ne suffit pas, d’accord puisqu’il faut le démontrer. Prenons les animaux et pour faire simple, les chats et les chiens. Essayez de faire féconder une chienne et un chat (ou l’inverse), il n’y a pas un problème, non ?
Je peux encore donner d’autres exemple mais vous allez me reprocher de faire compliqué.

J’espère que cette petite explication sera suffisant pour permettre à l’humanité de mieux s’accepter avec ces différences. Si on accepte cela envers nous même alors on acceptera, également, les différences de la biodiversité que nous devons protéger.

C.Q.F.D.

Bob.

Site web : Association Peuple Loup – Le blog : Les deux sous de Peuple loup
Forum : Rencontre avec les loups – Bannières pour blog : Les Influenceurs
Communauté over-blog : Rencontre avec les loups – Googlegroupe : Rencontre avec les loups

Sécurité routière

juin 02, 2008 By: Bob Lyr Category: Sécurité routière

Triangle et gilet fluorescent

    Dans un mois, le 1er juillet 2008, le triangle de pré-signalisation et le gilet fluorescent seront obligatoire. Les automobilistes devront avoir, à bord de leurs véhicules, ces deux accessoires de sécurité.

    Cette mesure est passée inaperçue au moment de son annonce, le 13 février 2008, au cours d’un comité interministériel sur la sécurité routière. Cette mesure vise à renforcer la sécurité des usagers pendant un arrêt d’urgence (panne ou accident).

    Il faudra disposer du gilet dans l’habitacle du véhicule, à porter de main et le mettre avant de descendre et être marqué « CE ». Le triangle devra se trouver dans le coffre et accessible. Il sera placé à un minimum de 30 mètres de son véhicule.

    Les automobilistes risques une forte amende.

    Ce préoccuper de l’achat de ces équipements dès maintenant est la meilleur solution. En effet, depuis l’annonce en sourdine de cette loi, il ne s’est écoulé que 4 mois. Aucune communication relative à la sécurité n’a été faite, alors que l’on prétend vouloir améliorer la sécurité des usagers et préserver des vies. Très peu de gens était au courant de l’imminence de cette obligation. Toujours pas de campagne d’information de la part du gouvernement, étonnant. Si vous oubliez (par manque d’information) ces équipements pour partir en vacances, vous risquez une forte  amende.

     L’amende forfaitaire, en cas « d’oubli » sera de 135 € (90 € si vous payez dans les 15 jours), soit autant qu’un non respect d’un sens interdit ou d’un excès de vitesse de 10 Km/h (on prend du fric où on peut). Les policiers et gendarmes , les plus zélés, pourront doubler la facture en infligeant une amende par équipement. Soit 135 € x 2 = 270 € ou 90 € x 2 = 180 € si paiement dans la quinzaine (les caisses de l’Etat sont vides, donc attention).

    Autre petite information, très importante. Si vous avez des vélos (ou vos enfants), le gilet fluorescent sera obligatoire à partir du 1er septembre 2008. Les cyclistes devront avoir cet objet de sécurité et l’utiliser sur route hors agglomération et de nuit ou en cas de mauvais temps en ville (attention, amende équivalente). De toute façon, avec ou sans amende, protéger vos enfants, si vous ne le faite pas pour vous. Il vaut mieux les équiper maintenant et les habituer à porter ce gilet pendant les vacances, plutôt que d’attendre la rentré scolaire.

    Toutes ces dispositions, relatives à la sécurité routière, vont dans le bon sens. Mais pourquoi, les pouvoirs publics n’ont fait aucune campagne d’information. ? Pour renflouer les caisses de l’Etat, sans doute ? Si on utilise le célèbre proverbe « Nemo censeture ignorare legem » – « Nul n’est censé ignoré la loi », le Ministère de l’Economie et des Finances va se faire des « C……s » en or.

    Conclusion : Pour votre sécurité et celle de vos enfants, équipez-vous. Pour ne pas enrichir Sarkosi, équipez-vous aussi.

Bob.