ActuBob

Analyse personnelle de l'actualité
Subscribe

Réflexion : Les privilèges

août 09, 2011 By: Bob Lyr Category: France, Philosophie, Politique

Surtout ne pas confondre « Abolition des privilèges« 

et « Disparition des privilèges« 

Bob Lyr

Universalité des Jeux Olympiques – Pas prêt d’arriver.

avril 03, 2010 By: Bob Lyr Category: droits des femmes, droits-de-l'homme, Handicapes, Humanité, Sport

On dit que les J.O. sont universels.
De qui se moque-t-on ?

Je l’ai constaté pendant les J.O. d’été, en 2004 car j’ai boycotté ceux de Pékin 2008 mais je pense qu’il s’est produit le même phénomène.
Confirmé en 2010 à Vancouver.
Il en sera de même en 2012 à Londres.

Explications de texte.

Lorsque l’on parle d’universalité et d’humanisme, on ne doit pas dissocier les être humains qui sont concernés. Mais personne ne semble avoir relevé un détail important et portant atteinte au respect de l’égalité de droits des Êtres Humains participants aux J.O. En effet, il y a deux Jeux Olympiques, ceux des valides et ceux des handicapés.

Je constate que l’on sépare les deux avec une différences importantes dans la couverture médiatique. Des heures de transmissions en directes pour les valides avec un maximum de publicités. Et quelques informations éparses pour les non-valides. Informations transmises uniquement si les athlètes gagnent des médailles, sinon on tire la chasse d’eau. Combien de médailles Olympiques, les athlètes français ont gagnés ? Selon, les informations nationales, deux ou trois. Aucune retransmission de l’ouverture et de la clôture des J.O. handisport. Quelques photos, peut être mais je n’en ai pas vu. Ce qui est sûr, pas de direct.

Ce qui prouve que pour les connards du C.I.O (Comité International Olympique), les handicapés ne sont pas des Êtres Humains dignes de participer en même temps que les athlètes valides. Ils n’ont pas le droits à la même fête, pas le droit de défiler dans le stade en même temps que les autres, pas le droit à la même couverture télévisuelle.
Les performances sont nettement inférieures donc moins intéressantes pour les sponsors. Donc moins intéressantes pour la presse qui ne vie que par la publicité. De ce fait, on transforme les heures de directs en minutes d’informations éphémères sous la condition de résultat. Dans le cas contraire, silence radio. Pas la peine de craquer du fric pour des handicapés.

Hypocrisie économique.

Les dirigeants du C.I.O vous diront qu’il est difficile, voir impossible, d’organiser matériellement des J.O avec tout le monde. Il faut de la place, etc… et des sous… surtout. Lâcheté et bouffonnerie économique, les handicapés ne sont pas rentables et ils coûtent chers.

Bien sûr qu’ils coûtent chers. Ils sont handicapés dans la vie, dans le travail, dans les transports, dans les médias, dans le sport, dans la publicité. Alors pourquoi se faire chier avec eux ? C’est déjà bien que l’on organise des J.O pour eux, non ? Ils doivent s’en contenter. D’ailleurs, ils s’en contentent.

Ma conclusion.

Les Jeux Olympiques seront vraiment universels et humains, le jour où les handicapés participeront en même temps que les valides à cette fête avec la même couverture médiatique du direct, les mêmes sponsors, le même publique et qu’ils participeront, en même temps que les valides, à l’ouverture et de la clôture des Jeux Olympiques. Certes, cela fera du monde dans le stade mais quel magnifique spectacle humain ça sera, lorsque l’on admirera tous ces athlètes ensembles sans distinction et à égalité de droit.

En attendant ce jour qui ne viendra probablement jamais, j’en conclus que les Jeux Olympiques ne sont qu’une vaste bouffonnerie commerciale.

Bob Lyr

Petite réflexion

février 18, 2010 By: Bob Lyr Category: droits-de-l'homme, Philosophie

La vie est une immense partie d’échecs dans laquelle quatre-vingt dix-neuf pour cents des être humains sont « Mat » avant d’avoir commencer à jouer.
Manipulés par les religions, le politiques, l’économie et j’en passe.

Quelle issue ?

Si j’avais su, j’aurai pas venu.

Grippe A : Mafia and Co, la France revend ses vaccins

janvier 03, 2010 By: Bob Lyr Category: Enquête, europe, France, Politique, Société

Ben voilà, on y est.

94 millions de vaccins « anti-grippe A » achetés. Madame Bachelot (Ministre de la Santé de la République française) aurait eu les yeux plus gros que le ventre ?
Mais non, la mafia des laboratoires pharmaceutiques a réussi son coup commercial.

Voir trop grand lorsqu’il en reste un peu dans l’assiette, n’est pas grave. Mais si l’écart entre la grandeur et le besoin est trop important, il ne faut pas prétendre à un pêcher de gourmandise. On peut se tromper dans les calculs mais là, c’est du foutage de gueule.

Histoire :
Alerte, alerte, le virus arrive… Il faut vacciner tous le monde… Le plan Orsec (pour ne pas dire « Rouge ») de la vaccination est lancé. On nous bassine pendant des semaines à grand renfort de pub sur la dangerosité du virus (ce qui n’est pas faux dans l’ensemble). On insuffle une paranoïa pour la vaccination, etc… (j’abrège car vous connaissez l’histoire pour l’avoir subit).

Depuis environ deux mois, la France cherche à vendre discrètement les surplus. L’Emea (Agence Européenne de la Santé) a indiqué qu’une seule dose suffisait pour ce protéger contre le virus et ce dès le 1er novembre 2009. Et non deux doses comme annoncé par les experts (experts de qui ? Ou à la solde de qui ?).
Ce jour-là, le ministère de la Santé a compris n’était plus nécessaire. Après avoir acheté 94 millions de doses pour vacciner 64 millions d’habitants, la différence reste acceptable. On peut se tromper de 30 millions au lieu de 64. En effet, avec deux doses par habitant, le gouvernement aurait du en acheter 128 millions. Donc, jusque là, ça va à peu près.

Mais Zorro n’est pas arrivé, c’est le contribuable qui va en faire les frais. A la place de Zorro, on a eu Bachelot. Quelle magnifique organisation pour cette campagne de vaccination qui a coûté 675 millions d’Euros aux contribuables français. 675 millions uniquement pour l’achat des 94 millions de doses, reste à connaitre combien à coûté la mise en place du dispositif inefficace pour la vaccination (ce qui est connu : 194 millions d’Euros). Mais là, ne rêver pas. Vu le déficit budgétaire de la France, ils ne vont pas nous annoncer cet excellent résultat.
Petits détails intéressants. Qui a touché les 675 millions d’Euros ?
– Laboratoire GSK : 350 millions, à 7 € la dose soit 50 millions de doses.
– Laboratoire Sanofi-Pasteur : 175 millions, à 6,75 € la dose soit 28 millions de doses.
– Laboratoire Novartis : 150 millions, à 9,34 € la dose soit 16 millions de doses.
– Laboratoire Baxter : 500 000 €, à 10 € la dose soit 50 000 doses.

Tout ceux-ci n’est qu’un menu détail, en comparaison de l’utilité et surtout de la mise en application de la campagne de vaccination.
Seuls 5 millions de personnes ont été vaccinées. A raison « d’une dose par personne » et non deux. Campagne de vaccination qui a coûté (environ) 194 millions d’Euros pour 5 millions d’êtres humains. Heureusement que les 59 millions qui restent n’ont pas encore été piqués, il aurait fallu ajouter 1,1 milliards d’Euros pour toute la population française.

Dés septembre, le Président de la République française avait décidé de donner 9,4 millions de doses à l’OMS (Organisation Mondiale pour la Santé) en faveur des pays les plus démunis. Etait-ce une prémonition ou… ?

Toujours est-il qu’il reste en réalité 77,3 millions de doses à vendre. Puisque le Qatar en a acheté 300 000 doses et 2 millions pour l’Égypte (pour une somme totale de 16,1 millions d’Euros).
Si on considère que d’autres pays comme l’Allemagne, les Pays-bas ainsi que la Suisse sont dans la même situation que la France. C’est-à-dire des vaccins à vendre, alors la concurrence va-t-être sévère. Il est peu probable que la France puisse vendre ses vaccins à prix d’achat contrairement aux déclarations de madame Bachelot, même si le Qatar et l’Égypte ont acheté à prix d’achat. Il faut ajouter que, comme tout médicaments, il y a une date de péremption. Mais un vaccin a une date très courte…

En parlant de la rentabilité des laboratoires pharmaceutiques. Si l’Allemagne, la Suisse et les Pays-bas ont des surplus (et peut-être d’autres pays européens et outre-atlantique), qui a touché le gros lot ?
–> Certainement pas les contribuables.

Encore un peu plus de déficit en perspective.
Encore une situation qui me conforte dans ma décision de poursuivre ma grève électorale illimitée.

Bob Lyr

Source : Article de Marc Payet,(Exclusif) Le Parisien et Aujourd’hui.

Copenhague 2009 – Ultimatum climatique, faut pas rêver

novembre 10, 2009 By: Bob Lyr Category: Environnement, Politique

La planète ne se réchauffe pas, elle se refroidit.

Telle est l’affirmation d’une partie des experts. Ce qui n’est pas surprenant en période de crise économique. En effet, de mettre en place des mesures contre les émissions de Gaz à Effets de Serre coûteraient très cher aux industries (principalement américaines et chinoises).

Pourtant, les glaciers et la banquise fondent à vue d’œil.

Curieusement depuis quelques semaines, des voix « scientifiques » donnent un avis contraire.
La planète se refroidit.

La guerre économique du réchauffement climatique est commencée.


Pour rigoler, je vais être très léger et rester dans un domaine franco-français. Vous allez comprendre qu’ils se foutent complètement des conséquences écologiques.
Un rapport (tous les rapports de l’Onerc (Observatoire national sur les Effets du Réchauffement Climatique) ici) a été remis la semaine dernière à monsieur Jean-Louis Borloo, notre cher sinistre de l’écologie. Rapport très alarmant qui annonce des « coûts » annuels de plusieurs milliards d’Euros par an en France, si rien n’est fait. Je pense que si il n’était pas question d’argent, ce rapport ne serait pas inquiétant.
Même si l’on fait mention des conséquences écologiques, tout est ramener à la notion de coûts. Conséquences sur les vignes et la qualité du vin (bande d’ivrogne), sur le tourisme, etc…

Pourquoi se prendre la tête avec l’environnement, puisque tout est question de fric. N’est-ce pas monsieur le Ministre ?
Aujourd’hui, je fais court mais j’en remettrais un couche plus tard.