ActuBob

Analyse personnelle de l'actualité
Subscribe

Twitter et Identi.ca

janvier 02, 2011 By: Bob Lyr Category: Geeks, Société

Après quelques temps d’observations, voici ce que je pense des « abonnements » et des « abonnés ».

Aujourd’hui, j’ai franchi le cap des 100 abonnés sur twitter, ce qui constitue un exploit après plus d’un an. 71 abonnements de ma part, c’est peu si je prends en considération les conseilles qui m’ont été prodigué « Plus tu aura d’abonnements et plus tu aura d’abonnés. »

Sur identi.ca, c’est la même chose mais en beaucoup moins.

Certes, mais doit-on privilégier la quantité ou la qualité ?

N’étant pas un spécialiste de la communication, je privilégie la qualité. Avoir peu d’abonnés, c’est aussi avoir le temps de lire tout les messages qui arrive sur la liste. J’ai déjà du mal à suivre avec si peu que j’en suis heureux ne pas avoir plus. Depuis que j’écris sur ces deux supports, je me suis désabonnés une seule fois. Donc, là encore, j’ai l’avantage car très peu d’erreur sur la qualité.

Voiloup, c’est tout ce que j’en pense pour l’instant.

Bob Lyr

Dieu et Twitter

avril 02, 2010 By: Bob Lyr Category: Inclassables

Le 1er avril 2010, je reçois ce mail :

Salut, BobLyr.

Dieu (Dieu_a_dit) est désormais abonné à vos tweets sur Twitter.

…….

Vous pouvez également suivre Dieu en cliquant sur le bouton « suivre » de son profil.Si vous trouvez que Dieu a un comportement abusif, vous pouvez signalez Dieu en spam.

Il se peut que Dieu ne figure pas sur votre liste d’abonnés. Dieu a peut-être arrêté de vous suivre, ou son compte a peut-être été suspendu pour violation des Conditions Générales d’Utilisation.

Ben, je dois dire que pour un athée profond comme moi, ça flash beaucoup.

Imaginez qu’au retour du boulot, on vous annonce que vous Dieu vous surveille.

La curiosité aidant, je décide de suivre Dieu.

J’ouvre la fenêtre et regarde les nuages présents.

Ils sont gris et menaçant, mauvais présages.

Dieu serait-il en colère après moi, l’hérétique ?

A suivre…

Twitter, FriendFeed, Identi.ca, etc…

novembre 09, 2009 By: Bob Lyr Category: Société

Difficile de s’y retrouver dans tous ces outils-labyrinthes de la communication.

Le fonctionnement de base est très simple mais il faut comprendre l’utilité de ces outils. Et là, ce n’est pas si simple. Il y a plusieurs possibilités d’utilisation.
– Juste pour dire bonjour à quelques amis. Là, c’est le plus facile. Pas de prise de tête, vous avez la liste de celles et ceux que vous suivez et réciproquement avec un petit coucou de temps en temps. Si d’autres veulent se joindre à vos délire, tant mieux. Sinon, on s’en fout, les amis sont là.
– Pour promouvoir son blog et faire connaître ce que l’on a taire. C’est un peu plus compliqué, surtout si au départ on ne connais personne. Le principe des réactions en chaîne est difficile à mettre en oeuvre. Débarqué sur un réseau comme ceux-là sans connaître personne (au moins une), c’est presque du suicide. Il faut trouver des personnes qui vous suivront en tapant au hasard dans la liste général.
– Présenter une association. C’est un bon moyen de faire connaître les associations que l’on soutient. Là encore, il est conseiller de ne pas être seul. Demander aux autres membres de venir ouvrir le débat et de l’élargir.
– Pour connaître du monde ou sortir de sa solitude. Ne souriez pas, ce n’est pas parce vous avez de la chance d’avoir des amis que tous les humains ont cette chance. C’est un peu comme un blog, il faut choisir au hasard dans la liste général, en « suivant » des gens que vous ne connaissez pas. Certains finiront par vous lire et ouvrir un dialogue, d’autres (en majorité) vous ignoreront sans autres formes de procès. Ne pas se décourager.

Tout ça pour vous dire que ce n’est pas très facile de faire les bons choix. Je suis dans une situation ambigüe. Vouloir vous faire connaître des associations (comme Peuple Loup, l’Aspas ou Loup.org), présenter mon blog (sans spamer) et connaître de nouvelles personnes.
Dans la dernière possibilité, c’est vrai et faux. Les réseaux sociaux (quelque soit leur nature) sont peuplés de gens assez individualistes. On aime bien être lu mais ça fait chier de lire les autres. Bon, il ne faut pas dramatiser, il y a des gens très intéressants.
Mon véritable problème est là, toutes ces personnes que j’essaye de suivre pour pas grand chose. En fait, le plus dure c’est de suivre. Je n’ai pas grand monde sur mes listes mais déjà, le matin j’ai 15 minutes de lectures et le soir en rentrant du boulot, trois fois plus. Sans compter tout ce qui passe à côté, comme c’est le cas sur friendfeed. Donc, il faut limiter et se limiter sinon c’est impossible et l’on est vite débordé. Ce qui est mon cas.
Sur twitter, ça va. Il y a moins de trente personnes que je suit et qui me suivent. Et encore, le soir je me retrouve avec quatre-vingt à cent « twitts » à lire. Sur friendfeed, c’est pire. Quatre-vingt dix abonnés pour 280 abonnements, c’est illisible car les messages vont trop vite. Il va falloir que je réduise la dose, surtout que le résultats en matière de dialogue, voir de lisibilité pour mes associations ou mon blog, est très faible (pour ne pas dire nul). Soyons franc, je soutient des associations donc j’essaye de les promouvoir. De même que pour mon blog, j’écris donc j’aime être lu.

Ma conclusion, c’est pratiquement impossible d’utiliser ces outils « dit sociaux » comme on le désire. On ne peut faire que de la présence superficielle car il y a trop de monde.

A moins que vous ayez une méthode infaillible.
Alors tant mieux pour vous.

Bonne semaine à vous qui passez par là.