ActuBob

Analyse personnelle de l'actualité
Subscribe

Petite réflexion

février 18, 2010 By: Bob Lyr Category: droits-de-l'homme, Philosophie

La vie est une immense partie d’échecs dans laquelle quatre-vingt dix-neuf pour cents des être humains sont « Mat » avant d’avoir commencer à jouer.
Manipulés par les religions, le politiques, l’économie et j’en passe.

Quelle issue ?

Si j’avais su, j’aurai pas venu.

Quelle vie !!!!

octobre 30, 2009 By: Bob Lyr Category: Inclassables

« Écrire pour ne pas dire ce que les autres ont honte d’entendre »


 Je me répète, n’est-ce pas ?


Normal, que faire d’autre sur cette planète condamnée à la destruction économique, et par extension écologique ?


Rien, à part attendre que la fin arrive tranquillement. Plus grand chose à espérer. Travailler toute sa vie pour finir dans un trou ou dans un barbecue.

Pourquoi faire ?


Je comprend aisément que certains veulent en finir avec cette vie d’exploitation inhumaine de l’humanité. Lorsque j’étais sapeur-pompier, je croyais que les êtres humains étaient ce qu’il y avait de plus important. Et non ! le plus important, c’est le fric. Je pense que si l’argent disparaissait, les êtres humains ne seraient que des zombies. Même si bon nombre d’entre vous tairont le contraire en se retranchant dans le silence des phrases toutes faites. Les êtres humains ne sont pas autres choses que du bétail économique et dans certains pays comme la France, du bétail électoral. Dans d’autres pays, il faut ajouter le bétail religieux, qui est souvent le même. Surtout que personne ne possède la preuve matérielle de l’existence de « DIEU« . Étonnant.

« Il ne faut pas désespérer », etc… Pourquoi faire ?


Il n’y a que deux fatalités dans l’existence, la naissance et la mort. On ne choisit pas. Entre les deux, tout n’est que destruction, profit, pouvoir, contrôle des autres. On ne demande jamais à venir au monde et on nous dit que c’est un cadeau. Et bien, si j’avais su, « j’aurai pas venu ». Si j’avais su, je me serais suicidé à la naissance. Heureusement qu’il n’y aura pas d’enfant après moi. Je ne les verrai pas s’enfoncer dans la fange de cette humanité abjecte, hypocrite, lâche et surtout inutile. Une vie, c’est un sacerdoce. Et oui, ça sert d’os.

« Être à un carrefour avec un bouquet de fleur à la main et n’attendre personne ».
Telle est ma puissance.

Plus rien à attendre, rien à entendre, rien à lire. De temps en temps écrire, peut être.

Heureusement que je n’attends plus rien depuis bien longtemps, excepté la fin.

Je suis épuisé.